Docteur, j’ai mal aux pieds

douleurs des pieds
douleurs des pieds

Ils nous soutiennent toute la vie et nous causent régulièrement des soucis. Un peu si l’on souffre de cors ou verrues, beaucoup en cas de tendon d’Achille déficient ou de déformation. Voici comment toujours savoir sur quel pied danser.

Dr Beatrice Loiseau avec Alain Lavigne, directeur d’enseignement et de recherche à l’Institut nation. Article initialement paru sur le site topsante.com

Maux des pieds : Une visite préventive vers 20-25 ans

La grande majorité d’entre nous naît avec des pieds « normaux ». Pourtant, quelques décennies plus tard, rares sont ceux qui échappent aux petites misères qu’ils nous font subir.

A certaines affections comme l’hallux valgus, le douloureux « oignon », on retrouve parfois des causes héréditaires, mais c’est plutôt à notre mode de vie qu’il faut imputer la responsabilité de nos ennuis de ce côté-là. Deux exemples : à force de délaisser la marche, on perd ses effets bénéfiques sur la voûte plantaire, qui s’affaisse et fait mal. Et en enfermant nos pieds dans des chaussures mal adaptées, on les déforme et on aggrave les petits problèmes déjà installés.

Par ailleurs, selon Alain Lavigne, directeur d’enseignement et de recherche à l’Institut national de podologie « une douleur au pied peut venir de plus haut, et notamment d’un déséquilibre au niveau du membre inférieur, qu’il faudra corriger si l’on veut permettre une marche non douloureuse ».

Ce spécialiste préconise même, à titre préventif, une visite chez le podologue vers l’âge de 20-25 ans, afin de se projeter dans l’avenir et d’évaluer les risques encourus, puis un nouveau rendez-vous de contrôle vers 40-45 ans.

Douleur aux pieds : choisissez vos chaussures avec soin

Coquetterie oblige, les femmes sont les grandes victimes des affections les plus courantes des pieds. A talons fins et trop hauts, à bouts pointus, certains styles de chaussures compriment les extrémités dans des positions peu naturelles, devenant ainsi, à la longue, de véritables « agresseurs ». Conséquence : orteils déformés et apparition de cors, durillons et autres ongles incarnés !

« Heureusement, depuis quelques années, les chaussures que l’on porte dans la journée sont plus ergonomiques. La mode des baskets a également du bon, puisqu’elle privilégie le confort » déclare Alain Lavigne. Pour ne pas abîmer vos pieds, ce podologue propose d’adopter quelques règles de bon sens : si vous devez marcher et piétiner toute la journée, préférez des chaussures dont le talon ne dépasse pas 3 cm de haut ; choisissez des semelles souples (élastomère) qui, au contraire de celles en cuir, amortissent l’onde de choc et permettent le libre déroulement du pied ; les lacets sont un plus, puisqu’ils assurent son maintien tout en le laissant à l’aise à l’intérieur de la chaussure. Cela dit, rien n’empêche les femmes de continuer à porter de jolis escarpins de temps en temps !

Quant aux baskets, elles ont fait bien des progrès depuis deux ou trois ans : elles « chauffent » moins et on ne transpire plus dedans comme auparavant.

Autre point important : avant de sauter dans vos chaussures, pensez aux soins d’hygiène. Séchez soigneusement vos pieds ? notamment entre les orteils ? après la douche, et prenez le temps d’appliquer une bonne crème hydratante.

Soignez bien les petits bobos du pied

Evitez les ampoules.

Si l’ampoule est crevée, désinfectez soigneusement avec un antiseptique et badigeonnez avec un produit séchant (éosine). Puis laissez le pied à l’air autant que possible. Lorsque vous prévoyez de faire des randonnées, pensez à vos pieds une semaine à l’avance : frottez la plante avec du citron puis appliquez une crème à base de beurre de karité.
Faites disparaître les durillons. Moins douloureux que leurs  » cousins  » les cors, ils se traduisent surtout par une sensation de brûlure à la marche. Le pédicure est à même de vous enlever la corne qui vous gêne mais, pour éviter les récidives, il faut intervenir sur sa cause.

Limitez la formation des cors.

Ils sont dus au frottement et à la pression des chaussures sur la peau. D’abord rouge et sensible, la couche supérieure de cette dernière finit par s’épaissir (hyperkératose). Plutôt que de vous acharner dessus avec des produits que vous ne savez pas bien utiliser, adressez-vous à un pédicure qui vous le retirera facilement. En cas de récidive, vous pouvez protéger la zone sensible avec des coussinets vendus en pharmacie ou, encore mieux, fabriqués sur mesure par le podologue.

Soignez les crevasses entre les orteils.

Macération et transpiration en sont souvent la cause, mais elles témoignent parfois de la présence d’un champignon. Consultez le médecin qui vous donnera un traitement adapté (poudre ou crème).

Eliminez les verrues plantaires.

Il existe des produits destinés à détruire les verrues, à base d’acide salicylique notamment, mais le traitement doit être poursuivi plusieurs semaines et reste souvent décevant. Adressez-vous plutôt à votre dermatologue, qui vous la « brûlera » avec de l’azote liquide pendant une à deux minutes. C’est radical et indolore.

Prévenez les déformations du pied

Corrigez les oignons.

L’hallux valgus, ou oignon, est dû à une déviation du premier métatarsien (os du pied), qui entraîne le déplacement du gros orteil vers les autres. Parfois d’origine congénitale, il est favorisé par le port de chaussures à talon haut et cornet étroit. L’agression mécanique finit par provoquer la formation d’une bosse à la base du gros orteil.

Résultat: inflammation et douleurs à la marche. Le podologue pourra vous soulager, et empêcher l’aggravation du problème grâce à des orthèses moulées en silicone et des semelles orthopédiques. Mais sachez que la déformation osseuse est irréversible, et que seule la chirurgie peut la corriger. Cela dit, on n’y a pas recours à la légère, car les suites postopératoires sont douloureuses ; de plus, il faut attendre deux à trois mois avant de pouvoir se chausser normalement et reprendre son travail.

Remédiez au syndrome des orteils en griffe.

Là encore, les grandes responsables sont les chaussures mal adaptées et les principales victimes, les femmes. N’ayant pas la place de s’étendre, les orteils se recroquevillent. L’articulation charnière frotte alors contre la chaussure, entraînant à la longue son cortège de cors et de douleurs. Le traitement fait appel à des soins de pédicurie pour les cors, au port d’une orthèse de correction et à une rééducation chez le kiné.

Ne négligez pas vos ongles

Traitez les ongles incarnés. Comme si la douleur ne suffisait pas, les ongles incarnés sont souvent le siège d’une infection. Deux raisons pour tenter d’éviter que les ongles s’enfoncent dans la chair. Les solutions ? Une fois de plus, des chaussures confortables et des ongles bien entretenus.

Ne laissez pas vos ongles s’épaissir. Avec l’âge, les ongles se dessèchent et peuvent devenir jaunâtres et friables. Ce n’est pas le cas chez les enfants et les adultes jeunes. Un ongle épaissi, qui change de coloration signale souvent un champignon. Après prélèvement, le dermatologue vous prescrira un traitement adéquat. Les mycoses des ongles étant difficiles à soigner, ne soyez pas étonnée s’il vous propose un médicament par voie orale. Par ailleurs, si vous observez une raie noire sur un ongle, allez voir un spécialiste : c’est vraisemblablement un hématome, mais il peut s’agir d’un mélanome, cancer de la peau qui touche aussi les ongles.

Les autres cas douloureux

Si l’avant de votre pied vous fait souffrir. Diverses causes entraînent des douleurs dans cette partie du pied. Souvent asymptomatique chez l’enfant, l’âge aidant, en raison de l’affaissement de la voûte plantaire, le pied plat s’accompagne de fatigue et de douleurs lors des longues marches. Un problème qui se corse chez ceux qui souffrent d’un excès de poids. Une correction par des semelles adaptées permet de soulager efficacement.

Parfois, notamment chez les personnes dont l’avant-pied, large, est habituellement comprimé dans des chaussures étroites, la douleur à la marche révèle une maladie de Morton. Due à la présence d’une petite tumeur bénigne (névrome) sur un filet nerveux du dos du pied, cette affection est aussi appelée « infarctus du pied » en raison de la violence de la douleur ressentie. L’orthèse donne d’excellents résultats dans près de 60 % des cas, mais une intervention chirurgicale s’avère parfois nécessaire.

Si vous avez mal au talon. Le tendon d’Achille est, à lui seul, responsable de bien des douleurs, dues notamment à une bursite ou une tendinite. Ces inflammations sont calmées par le repos et les anti-inflammatoires. Mais, chez les enfants âgés de 8 à 13 ans, une talalgie peut également révéler une maladie de Sever. Il s’agit là d’un défaut de la cicatrisation osseuse, qui empêche les jeunes de faire du sport et gêne la marche. Des orthèses adaptées permettent de soulager la douleur, en attendant que l’ossification soit terminée.

Chez l’adulte, il faut également penser à une talalgie dite de l’épine calcanéenne. A la radiographie, on observe une petite pointe d’os qui a poussé à partir du talon, mais en réalité, la douleur, souvent importante lors de la marche, est due à l’inflammation de l’aponévrose (la bande d’insertion du tendon sur l’os). Là encore, la solution passe par le podologue. Sauf en cas de chronicité, des orthèses permettent de venir à bout du problème en trois ou quatre mois en moyenne.

Et s’il s’agit d’un rhumatisme. Le pied n’échappe pas aux rhumatismes. Fréquent chez les personnes âgées, l’hallux rigidus se traduit par des douleurs intenses au moindre pas. Cette arthrose du gros orteil résulte soit d’un traumatisme soit d’un processus dégénératif. Kinésithérapie et orthoplastie constituent les principaux traitements, qui peuvent être accompagnés d’anti-inflammatoires et de chaleur locale.

1 Trackback / Pingback

  1. Le pied bot, traitement du pied bot | Le bien être du pied

Poster un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*